Jeudi, 22 Décembre 2011 10:07 Le MNCP dans les médias
Imprimer PDF

Alors que le président vient de promettre des "mesures fortes" contre le chômage, le MNCP réitère sa demande que les chômeurs soient intégrées à la table ronde sur l'emploi prévue pour le 18 janvier 2012. Les lettres, adressées par le MNCP au Président de la République et aux syndicats à ce sujet, sont, à ce jour, restées sans réponse.

Nicolas Sarkozy l'a promis aux sénateurs , le annoncera des «mesures fortes» pour lutter contre le chômage lors du sommet sur l'emploi du 18 janvier avec les partenaires sociaux, selon des élus qu'il recevait à déjeuner. 

«Il a annoncé des négociations ouvertes et des décisions fortes, sans les déflorer», a déclaré à la presse le sénateur de Moselle, François Grosdidier. Des «décisions importantes» seront annoncées «en janvier pendant la période de voeux entre le 2 et le 18», a confirmé un de ses collègues.

Depuis qu'il a annoncé la tenue de ce sommet lors de son discours de Toulon, le chef de l'Etat et le gouvernement ont livré quelques détails sur les mesures qui pourraient être adoptées pour tenter d'enrayer la progression du chômage, qui a atteint en octobre son plus haut niveau depuis 1999. Lors d'un déplacement à Sallanches (Haute-Savoie) la semaine dernière, Nicolas Sarkozy a ainsi fait savoir que le gouvernement allait consacrer des «moyens supplémentaires» en matière d'indemnisation du chômage partiel.

La porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse a indiqué par ailleurs ce mercredi, que le chef de l'Etat avait demandé au gouvernement de réfléchir «à améliorer le volet insertion (du Revenu de solidarité active) dans la perspective du sommet pour l'emploi», estimant qu'il ne «fonctionnait pas correctement».


«Le chômage partiel, ou l'activité partielle, peut être une solution intéressante», selon Xavier Bertrand
De son côté, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a affirmé dans une interview au «Monde», que ce sommet sur l'emploi sera le moment d'aborder à la fois des solutions «d'application rapide» face à l'envolée du chômage et des questions «plus structurelles» comme «la compétitivité».
Selon lui, «les accords compétitivité-emploi peuvent être une voie d'avenir». Par ailleurs, a estimé le ministre, «pour certains salariés, et pas seulement en CDI, le chômage partiel, ou l'activité partielle, peut être une solution intéressante». «On l'a développée au coeur de la crise. Continuons», a-t-il lancé.
Xavier Bertrand a, par ailleurs, jugé que les groupes «donneurs d'ordre ont une responsabilité sociale vis-à-vis de leurs sous-traitants. Ils doivent leur accorder un délai de préavis en cas de rupture de contrat et faire plus en matière de formation et de reclassement». Le ministre a également évoqué «le développement d'un CDI pour les intérimaires et les saisonniers».


«Chômer plus pour gagner moins», dénonce le Front de gauche
«Chômer plus pour gagner moins, voilà l'avenir que nous fixe Xavier Bertrand», a dénoncé le Front de gauche dans un communiqué. «Voilà donc les dernières recettes de la droite en matière sociale : elles sont au fond d’un réalisme cru dès lors qu’on enchaîne plan de rigueur sur plan de rigueur, peut-on y lire La récession qu’organise sciemment le gouvernement a pour conséquence l’explosion du chômage et la précarisation massive des salariés.»

 Article paru dans Le parisien le 21 Décembre 2011

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

En bref...

| + - | RTL - LTR
Suivre notre actualité