Associations

Lundi, 11 Mars 2013 09:04 MNCP Actualité des associations
Imprimer

colomiers-20130308-00147PRCP (Point Rencontre Chômeurs et Précaires), association adhérente du MNCP, implantée à Colomiers dans la banlieue toulousaine réunissait le 8 mars son Assemblée générale annuelle. Une soixantaine d'adhérents et militants de l'association participait à la rencontre.

 
Mardi, 05 Mars 2013 10:31 MNCP Région Parisienne Actualité des associations
Imprimer

paris-20130304-00185Lundi 04 mars, une vingtaine de personnes se sont réunies à la Maison des Chômeurs et Précaires de Paris pour une formation sur la défense des droits.

A l’initiative des associations de chômeurs MNCP de région parisienne (Paris, Assol Nanterre, Ami Conseil Lagny-Sur-Marne), cette réunion est la première d’une série d’après-midis de formation.

Etaient présents des responsables associatifs, des demandeurs d’emplois, des personnes solidaires ainsi qu’un représentant du syndicat SNU Pôle Emploi. De nombreux sujets ont été abordés pour permettre d’élaborer un programme des prochaines journées de formation : radiations, trop-perçus, fonctionnement de Pôle Emploi, modalités de recours, comités de liaison, règles d’indemnisation, accès à la formation, risques psycho-sociaux...

La prochaine réunion aura lieu le lundi 22 avril 2013 de 14h à 17h. Une information précise sur le programme sera donnée prochainement.

 
Mardi, 26 Février 2013 09:04 DEPAR Actualité des associations
Imprimer

daniel heurtaux prsident deparRetraité de l’Education Nationale, Daniel a terminé sa carrière professionnelle comme directeur d’une école primaire de la banlieue du Mans.

En octobre 2006, lors d’un forum sur la vie associative organisé par la ville d’Arnage, il a proposé spontanément ses services à l’association DEPAR (Demandeurs d’Emploi et Précaires d’Arnage et ses environs).

Daniel a tout de suite mis ses grandes qualités pédagogiques au service des demandeurs d’emploi en animant des ateliers informatiques adaptés et très personnalisés jusqu’à quatre par semaine.

Il a rejoint tout naturellement le Conseil d’administration de DEPAR en mars 2007.

En mars 2008, malgré sa discrétion et sa volonté de ne pas se mettre en avant, il a accepté son élection à la présidence de DEPAR. A ce poste, il a démontré aussi sa capacité d’œuvrer efficacement à leurs côtés en animant les « groupes de chômeurs », en préparant les « comités de liaison » de Pôle emploi, et en entrainant nombre d’adhérents aux manifestations de défense des droits des chômeurs.

Très présent au quotidien, il a assuré la bonne marche de l’association, en assurant par ailleurs le bon relationnel avec les différents partenaires sociaux ou financiers.

Une brusque maladie l’a obligé fin 2011 à démissionner de son poste, maladie qui l’a finalement emporté le 11 février 2013.

Avec sa disparition, c’est un grand militant de la cause des demandeurs d’emploi que DEPAR a perdu. Toute l’équipe, avec le MNCP, en saluant sa mémoire, tient à lui dire toute sa reconnaissance pour le travail accompli à leur service.

Joseph Chauvineau - Président de l’association DEPAR

 
Lundi, 25 Février 2013 13:08 Le Temps Actualité des associations
Imprimer

Depuis la fusion des organismes chargés du placement et de l’indemnisation des chômeurs, les critiques n’ont pas cessé contre Pôle emploi. Courriers non reçus, radiations intempestives, accueil défaillant, les dysfonctionnements sont nombreux. Pierre et Nathalie,  deux demandeurs d’emploi au profil différent, témoignent

Lorsqu’il arrive à la Maison des chômeurs de Montpellier, ce matin de février, Pierre* est inquiet. A 46 ans, il est sans emploi depuis une année déjà, depuis que le petit commerce de lingerie qu’il tenait depuis cinq ans a périclité. Dans sa boîte aux lettres, Pierre vient de découvrir un courrier lourd de conséquences: Pôle emploi, le service chargé du placement et de l’indemnisation des chômeurs, lui annonce qu’il est radié de la liste des demandeurs d’emploi pour deux mois. Le motif? Pierre ne s’est pas présenté à un entretien avec son conseiller, début janvier. Pour un chômeur, la radiation est une hantise: le plus souvent, cela signifie vivre deux mois sans revenu.

 
Lundi, 25 Février 2013 10:09 L'alsace.fr Actualité des associations
Imprimer

colmar 23 02 2013Une association de défense des droits des chômeurs et des précaires s’est créée récemment à Colmar. But : favoriser l’action collective dans un esprit d’entraide. Lire l'article du 23 février 2013 sur alsace.fr


 

Page 7 sur 17

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

En bref...

| + - | RTL - LTR

L’association Chôm’actif MNCP de Clermont-Ferrand entre au CNLE

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Actualité des associations

L’une des associations de notre Mouvement, Chôm’actif, a été nommée lundi 24 mars 2014, suite à sa candidature, au Conseil National des politiques de Lutte contre les Exclusions, au sein de son 8e collège, dévolu aux personnes en situation de précarité.

Alors que le MNCP, en tant que fédération y a enfin obtenu un siège de plein droit aux côtés des grandes fédérations d’intervention sociale, l’entrée de l’un de nos collectifs est un signal positif et important de la reconnaissance de notre combat pour l’expression et la représentation  organisées des chômeurs et précaires.

Lire la suite

Elections municipales à Montpellier : interview de Jacqueline Balsan

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 

Creusot : le MNCP 71 rappelle le candidat écologiste au respect de ses engagements

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Lors de notre débat citoyen qui a eu lieu vendredi 21 mars 2014 à 20 heures sur le parvis de la mairie du Creusot, le candidat à la mairie Pierre-Etienne Graffard, pour la liste  « écologistes », s’est engagé au dédommagement anticipé des personnes âgées, locataires de l’Acapa, s’il accédait  à la mairie du Creusot.
Or nous savons actuellement qu’il a rencontré à plusieurs reprises Monsieur André Billardon en vu d’un accord électoral. Nous tenons donc à lui rappeler son engagement, il doit donc conditionner un possible accord au dédommagement aux personnes abusées.
Article du Journal de Saône et Loire du 25 mars 2014
 

Suivre notre actualité